Les Clinton, les Trump, ou encore les Biden… La cheffe des cuisines de la Maison-Blanche a officié pour de multiples familles de présidents américains au cours de ces dernières années. Rencontre au sommet.

Il règne une agitation discrète au sein du Plaza Athénée, en ce lundi 12 juillet. Sous les plafonds parés de dorures, l'éclat des lustres se reflète dans une imposante baie vitrée. Seul résonne le léger bourdonnement des conversations, entre les murs du palace parisien. Cristeta Comerford, la cheffe des cuisines de la Maison-Blanche, prend place au centre d'une longue table installée au fond de la pièce. Son voisin de droite n'est autre que Christian Garcia, le président du Club des Chefs des Chefs (il rassemble les chefs personnels de dirigeants internationaux, et vise à promouvoir la cuisine traditionnelle de chaque pays), et cuisinier du palais princier de Monaco. Guillaume Gomez, l'ancien chef de l'Élysée, est également de la partie. Devant eux siègent une dizaine d'autres cuisiniers prestigieux, au service des plus grands dirigeants de ce monde. Le « G20 de la gastronomie » peut débuter. Il y sera question de diplomatie culinaire, et du rayonnement de la cuisine au sein de leurs pays respectifs.

Une cuisine exigeante

Cristeta Comerford prend la pose devant la porte de Brandebourg. (Berlin, le 19 juillet 2012.)

Abaca

Parmi ces cuisiniers de renom, se trouve Cristeta Comerford, la cheffe personnelle de Joe et Jill Biden. Voilà déjà vingt-six ans que cette dernière officie dans les cuisines de la Maison Blanche – d'abord en tant que sous-cheffe, puis en tant que cheffe. Elle a vu s'y succéder les Clinton, les Bush, les Obama, les Trump et ses nouveaux arrivants. Le tout, sans jamais se départir de son exigence. Cristeta Comerford et sa brigade de huit cuisiniers veillent ainsi à la qualité constante des repas délivrés aux Biden et à leurs invités. « Nous prenons en compte la sécurité alimentaire, les allergies et les spécificités liées aux religions de chacun, explique-t-elle à Madame Figaro. Nous nous assurons de préparer des repas sains. Nous avons appris à tout cuisiner prudemment.» Près de deux décennies après son arrivée à la Maison-Blanche, la cuisinière de 58 ans se félicite de savoir préparer «tous les types de repas», d'un déjeuner pour deux à un dîner «pour deux cents personnes». Sa plus grande fierté ? « Voir arriver des assiettes vides, confie-t-elle. Cela signifie que les convives ont apprécié ce qu'ils ont dégusté. Cela me suffit.»

“Mon modèle, c'est ma mère”

Cristeta Comerford refuse, cependant, de se départir de son humilité – une qualité essentielle pour un chef, selon la quinquagénaire. « Ce qui compte dans ce métier, c'est ce que souhaite votre client ou votre invité », souligne-t-elle. Malgré son parcours prestigieux, la cuisinière n'a pas oublié d'où elle vient. Née le 27 octobre 1962 aux Philippines, Cristeta grandit à Manille. Son père, Honesto Pasia, codirige une école publique, sa mère, Erlinda Gomez, l'éveil aux merveilles de la table. « Si vous demandez à n'importe quel grand chef qui est son modèle, il vous répondra : “Ma mère”, sourit-elle. Ma première expérience de la cuisine, et la plus importante, je l'ai connue avec la mienne. Elle y mettait tant de passion.» La jeune Cristeta Comerford entre au lycée des sciences de Manille, avant d'intégrer l'université des Philippines, où elle étudie les technologies alimentaires. Un diplôme qu'elle n'obtiendra jamais. À 23 ans, elle décide de tenter sa chance aux États-Unis.

Bienvenue à la Maison Blanche

Michelle Obama et Cristeta Comerford anime un atelier à la Maison-Blanche. (Washington, le 30 novembre 2011.)

Abaca

La cheffe officie, d'abord, au sein de deux hôtels de Chicago, le Sheraton et le Hyatt Regency, puis elle déménage à Washington où elle jongle entre les cuisines de deux restaurants. Son destin bascule au début des années 1990. La jeune femme reçoit alors un appel de la Maison-Blanche. Elle vient d'être sélectionnée parmi 450 candidats pour préparer un banquet en l'honneur du Premier ministre indien Manmohan Singh. Pari réussi. En 1995, Walter Scheib III, le chef de l'institution, lui propose de devenir son sous-chef. Dix ans plus tard, Cristeta Comerford lui succède. «Sa passion pour la cuisine se ressent dans chaque bouchée de ses délicieuses créations», précise Laura Bush l'été de sa nomination. Cristeta Comerford devient la première femme, mais aussi la première personne d'origine asiatique, à diriger les cuisines de la Maison-Blanche. En 2009, Michelle Obama décide de maintenir à ce poste, car elles partagent selon elle la même vision de la maternité et de la cuisine saine.

En vidéo, Jill Biden, l'arme secrète du président

“Nous nous rendons plus forts”

Cristeta Comerford (en bas, troisième en partant de la gauche) célèbre les retrouvailles au Plaza du Club des Chefs des Chefs. (Paris, le 12 juillet 2021.)

@baptistefauchille / @bkfprod

Si la cheffe n'en révèlea pas plus sur les repas favoris des occupants du 1600, Pennsylvania Avenue, certaines de ses recettes sont répertoriées dans le livre La nouvelle cuisine philippine : histoires et recettes du monde entier, publié en 2018. Très secrète, Cristeta Comerford refuse également de dévoiler son plat-signature. «Ce qui est important pour moi, c'est de représenter l'Amérique, et ce qu'elle offre en termes de produits de saison, nous confie-t-elle. Les ingrédients utilisés peuvent aller du fromage de Californie aux merveilleux produits du Maine, en passant par les excellents fruits de mer de Boston.» Son expérience, Cristeta Comerford partage désormais avec les 26 membres du Club des Chefs des Chefs, où la rigueur des cuisines n'est pas toujours de mise.

«C'est vraiment bien d'avoir cette relation avec les autres chefs, car nous avons tant de points communs et nous rencontrons les mêmes défis, s'enthousiasme Cristeta Comerford. Nous utiliserons cet outil (le Club des Chefs des Chefs, NDLR) pour nous rendre plus forts les uns les autres. C'est important d'entretenir cette amitié, parce qu'elle nous donne plus d'assurance en tant que chefs, et nous apportons de meilleures connaissances.» Notamment, imagine-t-on, sur la manière de satisfaire les desiderata de leurs clients. Interrogée sur les personnalités pour lesquelles elle a préféré exercer son art, Cristeta Comerford botte en touche. «Mon compagnon John et ma fille Danielle sont les célébrités pour lesquelles j'adore cuisiner», plaisante-t-elle. Une fille à laquelle la cheffe transmet, d'ores et déjà, une partie de ses secrets.

La rédaction vous conseille


Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *