Le premier livre d'auto-assistance décrit par lui-même a été publié en 1859. Le nom de l'auteur, improbablement, était Samuel Smiles; le titre, encore plus improbable, était Auto-assistance. Un condensé de leçons tirées de la vie de personnes célèbres qui s'étaient débrouillées par leurs bottes, il s'est vendu à des millions d'exemplaires et était un pilier des foyers victoriens. Chaque génération depuis a eu son best-seller incontrôlable, tel que Comment vivre 24 heures sur 24 (1908), Il faut penser pour devenir riche (1937), ou Ne transpirez pas les petites choses (1997).

À l'heure actuelle, l'industrie d'auto-assistance de 11 milliards de dollars n'est certainement pas une mince affaire. Pourtant, lorsque vous le supprimez, il y a très peu de nouvelles informations. Après tout, nous avons consommé de l'auto-assistance pendant des siècles avant Smiles, juste sous des noms différents. L'empereur romain Marc Aurèle a donné des conseils de la taille d'un tweet Méditations; tout comme Benjamin Franklin dans Almanach du pauvre Richard. Même la parodie d'auto-assistance n'est pas nouvelle. Shakespeare l'a fait avec le discours de Polonius «à toi-même être vrai» en Hamlet: essentiellement une liste à puces d'un blowhard.

Le 21e siècle a vu une mesure de conscience de soi sur notre dépendance à l'auto-assistance. Il y a la vague de best-sellers d'auto-assistance jurés sur lesquels j'ai écrit, comme L'art subtil de ne pas donner de baise. Ils planent quelque part entre la parodie et la tenue des mêmes conseils que leurs ancêtres dans un langage plus terrestre. Plus récemment, il existe une tendance que vous pourriez appeler la méta-auto-assistance: des livres dans lesquels les gens écrivent sur leurs expériences en suivant des livres d'auto-assistance, tels que Aide-moi! (2018) et Comment être bien (2020), basé sur le podcast d'auto-assistance similaire Selon les règles.

Mais bon, si c'est à peu près la même chose – et c'est le cas – pourquoi s'arrêter de le distiller en un seul livre? Pourquoi ne pas condenser les leçons répétées de tout un genre en un seul article? C'est ce que j'ai tenté ici, après avoir lu des dizaines des plus grands best-sellers de l'histoire pour que vous n'ayez pas à le faire. Voici l'essence des conseils que j'ai vus délivrés encore et encore.

1. Faites un petit pas.

Vos habitudes quotidiennes ne sont pas seulement importantes; c'est tout le jeu de balle. Aristote le savait quand il a écrit «nous sommes ce que nous faisons à plusieurs reprises». Et malgré votre désir naturel de tout réparer en même temps, la meilleure façon d'obtenir de grands résultats est d'apporter de minuscules changements continus aux habitudes quotidiennes. Au Japon, c'est ce qu'on appelle Kaizen, un concept présenté aux lecteurs américains dans le best-seller de Stephen Covey en 1989 Les 7 habitudes des personnes hautement efficaces.

L'ajustement des habitudes a reçu beaucoup d'aide au 21e siècle grâce à des études révolutionnaires sur le comportement humain. Ceux-ci sont décrits dans le best-seller 2014 Le pouvoir de l'habitude. Puis vint Habitudes atomiques (2018), qui souligne que l'amélioration de tout indicateur d'un pour cent à la fois se traduit par une croissance exponentielle à long terme. Ce qui compte à court terme, c'est la répétition, qui sort votre comportement du domaine limité de la volonté et le rend automatique.

Personnellement, j'aime le résumé dans Mini habitudes (2013): Rendez votre pratique quotidienne «trop petite pour échouer». Assurez-vous de faire de l'exercice pendant cinq minutes chaque jour, par exemple, et vous aurez bientôt envie d'en faire plus.

2. Changez vos cartes mentales.

Il est temps d'entrer dans le monde du cliché sportif. "Si vous le croyez, l'esprit peut y parvenir": ces mots-affiches de motivation sont attribués à Ronnie Lott de la NFL, mais reflètent également ce que presque tous les livres d'auto-assistance ont essayé de nous dire depuis Le pouvoir de la pensée positive (1952). Pour atteindre n'importe quel objectif, en gros, vous devez visualiser en profondeur votre résultat final préféré, puis revenir en arrière selon des étapes planifiées avec précision.

La partie planification est essentielle. Emportez-le et vous obtenez le jumbo semi-spirituel de Le secret (2006), qui lui-même était une réécriture de La science de devenir riche (1910), qui était basé sur le mouvement de «l'esprit sur le corps» du 19e siècle. Mais la science nous dit qu'il n'y a pas de «loi d'attraction» (bien qu'il y ait une explication psychologique pour laquelle nous pourrions penser en voir des exemples).

Le plan est la façon dont vous atteignez votre objectif, et le processus peut prendre des années. Vous jouez le long jeu. La connexion émotionnelle à votre visualisation est la façon dont vous acquérez la «force mentale» pour surmonter les obstacles qui nous donnent envie d'arrêter sur le chemin de tout ce qui en vaut la peine.

3. La lutte est bonne. Effrayant, c'est bien.

(incorporer) https://www.youtube.com/watch?v=wH6dSe_dYgM (/ incorporer)

La philosophie stoïcienne remonte au IIIe siècle av. Et c'est toujours extrêmement populaire, n'apparaissant pas seulement dans Le défi stoïcien: un guide du philosophe pour devenir plus dur, plus calme et plus résilient (2019), mais dans plus ou moins tous les autres tomes modernes d'auto-assistance.

Le stoïcisme ne consiste pas à être insensible, mais à changer votre cadre mental afin que vous attendiez et même accueillir le pire au lieu de le craindre. «Dites-vous tôt le matin: je rencontrerai aujourd'hui des hommes ingrats, violents, traîtres, envieux, peu charitables», écrivait Marc Aurèle. Ce qui est, à part toute autre chose, le mantra parfait pour utiliser Twitter.

Tout au long de l'histoire, il y a de nombreuses tentatives similaires pour recâbler nos attentes – comme le principe bouddhiste, volé par l'universitaire controversé Jordan Peterson, qui dit que la vie souffre. Une fois que vous avez accepté cela, le niveau suivant n'est pas simplement de s'y attendre – mais de vous précipiter tête baissée dans les choses qui vous font peur.

"Vous devez faire ce que vous pensez ne pas pouvoir faire", a déclaré Eleanor Roosevelt. Ceci est souvent rendu comme la version qui est apparue dans la célèbre chronique et la chanson de conseils "sunscreen": "Faites une chose chaque jour qui vous fait peur." Ce qui, avec son clin d'œil aux habitudes quotidiennes, est probablement la phrase d'auto-assistance la plus succincte qui soit.

Cela nous amène à ce que nous pourrions appeler des livres «d'auto-effroi», avec des titres comme Avoir peur et le faire malgré tout (1987), que l'auteur du livre de méta-auto-assistance Aide-moi! a jugé sa lecture la plus efficace. Vous n'avez pas à quitter votre travail, à plonger dans des étangs glacés ou à faire face à l'embarras de parler en public comme elle l'a fait, mais se lever le cul du canapé et mettre des papillons dans le ventre est une partie nécessaire de toute auto-assistance stoïque. planifier.

4. Le jugement instantané est mauvais.

Il est difficile d'expliquer cette règle courante d'entraide sans tomber dans les clichés. Combien de fois vous a-t-on dit de prendre une profonde inspiration et de compter jusqu'à 10 avant de réagir à une légère perception? Ou garder l'esprit ouvert? Ou marcher un kilomètre à la place de quelqu'un? Ou remettre en question vos hypothèses? Ou qu'il ne s'agit probablement pas de vous? «Soyez gentil», dit une citation d'un auteur écossais qui est souvent attribuée à tort à Platon, «car tout le monde que vous rencontrez mène une dure bataille».

Appelez cela de l'empathie, appelez cela de la compassion, appelez cela jouer l'avocat du diable, appelez cela l'examen de votre privilège. C'est un seul et même objectif: éviter de porter un jugement sur vos semblables. L'évolution nous a câblés pour voir les modèles et prendre des décisions instantanées. Ce qui est utile lorsque des tigres à dents de sabre chargent notre grotte, mais pas tellement dans une société multiculturelle très soudée.

C'est une mauvaise nouvelle pour nous, mais une bonne nouvelle pour chaque auteur d'entraide qui arrive à nous le rappeler, à plusieurs reprises, dans trop de livres pour être comptés.

Uploads% 252fvideo uploaders% 252fdistribution thumb% 252fimage% 252f95034% 252ffe5cb36b c023 40b3 ae60 d881f4ba4feb.png% 252f930x520.png? Signature = cfsghtxry qii57nv5b5c5c5aovb4% production 2amaz% = apovb4% production & ap 3

5. Souvenez-vous de la fin de votre vie.

Alors que nous passons ce qui aurait été le 69e anniversaire de Robin Williams, rappelons-nous la scène "carpe diem" de Cercle des poètes disparus. «Nous sommes de la nourriture pour les vers, les gars», dit Williams; une ligne qui est maintenant presque trop poignante à supporter.

Mais nous devons le supporter, car la prescience de notre propre disparition n'est pas seulement ce qui distingue les humains des animaux. C'est également l'un des outils les plus utiles de l'arsenal d'auto-assistance. Les poètes soufis sont à l'origine de l'expression «cela aussi passera»; Jules César le fit chuchoter à un serviteur à l'oreille lorsqu'il franchit les portes de Rome. Socrate nous a donné le memento mori. Pourquoi ça marche si bien? Parce que lorsque nous nous souvenons que nous allons mourir, les querelles insensées de la vie quotidienne ont tendance à disparaître, révélant une soudaine clarté de but. «Quand un homme sait qu'il doit être pendu», écrivait Samuel Johnson au XVIIIe siècle, «cela concentre son esprit à merveille».

Alors, comment saisir ce jour? En énumérant et en faisant les choses les plus importantes, le plus tôt sera le mieux. Un jour n'est pas un jour de la semaine (2019) raconte l'histoire du père de l'auteur, qui a rêvé toute sa vie de visiter tous les parcs nationaux des États-Unis, puis est décédé d'un accident vasculaire cérébral dans les toilettes d'un hôtel alors qu'il s'apprêtait à faire exactement cela, une semaine après sa retraite. Si c'est votre destin, que feriez-vous différemment?

Si votre propre mort est trop effrayante pour être envisagée, il existe une version plus sûre et plus efficace pour certains: pensez à vous-même dans vos 80 ans dans une maison de retraite. Vraiment Imaginez-le: Vous êtes en fauteuil roulant, froissé et fragile, mangeant des aliments mous sur un plateau devant un téléviseur qui bourdonne. Cette personne serait-elle contente que vous ayez fait le saut que vous vouliez faire maintenant ou le regretterait-elle?

Il s'agit d'une expérience de pensée connue sous le nom de «rétrospective prospective». Jeff Bezos l'appelle «minimisation des regrets», et c'est ce qu'il a utilisé en 1996 pour prendre le plus grand risque de sa vie. Il a décidé que Jeff, âgé de 80 ans, serait moins regrettable s'il se rendait à Seattle et fondait Amazon, quel que soit le résultat, que s'il restait dans son poste de consultant en toute sécurité à New York. Aimez Bezos ou détestez-le, vous ne pouvez pas nier que cela a fonctionné.

6. Soyez ludique.

(incorporer) https://www.youtube.com/watch?v=mOHkRk00iI8 (/ incorporer)

Être génial: une théorie unifiée sur la façon de ne pas sucer (2017) a l'un des débuts les plus inhabituels de tout livre d'auto-assistance: une description du fan ringard des Celtics Jeremy Fry se balançant chez Bon Jovi Vivre sur une prière sur la caméra du stade, une vidéo virale visionnée près de 19 millions de fois. Pourquoi? Parce que Fry se comportait de manière aussi géniale que nous souhaiterions que nous le puissions tous, jetant la prudence au vent, s'exprimant pleinement devant des milliers de personnes.

Ce n'était pas que Fry dansait comme si personne ne regardait, pour ne citer qu'un autre cliché. C'est qu'il dansait avec tout le monde, pleinement conscients qu'ils regardaient tous et aimaient ça. Voici où L'art subtil de ne pas donner de baise et ses semblables sont utiles, en nous rappelant une vérité essentielle: la vie est façon trop court pour se foutre de ce que les autres pensent de vous quand vous vivez votre meilleure vie. Et paradoxalement, les autres sont attirés par vous lorsque vous vous comportez ainsi.

De plus, vous devez cultiver activement vos bizarreries. Un nombre croissant de livres d'auto-assistance créatifs rendent cela explicite, comme Felicia Day's Embrassez votre étrange (2019). "Les choses qui vous ont rendu bizarre en tant qu'enfant sont la source de vos pouvoirs créatifs", déclare James Victore dans Feck Perfuction: Idées dangereuses sur les affaires de la vie (2019). "Ce sont les éléments de base de qui vous êtes. Pas parfait. N'essayez pas. Juste vous-même." Et comme les bouddhistes vous le diront, être vous-même sans effort est la meilleure façon de laisser cet ego gênant à la porte.

Quelle que soit la difficulté de votre tâche, vous pouvez toujours la rendre ludique. Vous ne penseriez pas que cette règle s'appliquerait à la guérison d'une maladie grave, mais la créatrice de jeux Jane McGonigal a écrit SuperMieux (2015) pour prouver le cas. Souffrant d'une commotion cérébrale si grave qu'elle a failli la conduire au suicide, elle a construit un jeu numérique qui la récompensait pour chaque petite étape de sa croissance post-traumatique. Plus d'un demi-million de personnes ont depuis été aidées par le jeu de récupération.

7. Soyez utile aux autres.

Quel est le plus ancien conseil d'auto-assistance? Dans la définition la plus vague, c'est probablement la règle d'or – traitez les autres comme vous voudriez être traité – un principe de base qui semble avoir émergé indépendamment dans toutes les cultures du monde. La règle remonte au moins au 6ème siècle avant JC. en Chine et en Grèce, et autour de 2000 av. en Egypte. Il y a bien d'autres façons de le dire, de «aime ton prochain» à, selon les mots d'un titre d'auto-assistance 2020, Ne sois pas un connard.

Mais la règle d'or peut vous faire trébucher si vos voisins ne veulent pas être traités comme vous. Vous pouvez aussi devenir un connard en étant trop serviable. C.S. Lewis l'a noté dans son classique de 1942 Lettres à vis (auto-assistance spirituelle sous forme de correspondance du diable): "C'est le genre de personne qui vit pour les autres. Vous pouvez dire qui sont les autres par leur expression traquée."

Donc, une meilleure façon de penser est en termes de utilité. «Le but de la vie n'est pas d'être heureux, c'est d'être utile», écrivait Ralph Waldo Emerson, et c'est aussi vrai aujourd'hui qu'au XIXe siècle. Être utile aux autres ne nous donne pas seulement un sentiment chaleureux et flou, profondément enraciné dans notre évolution tribale. Cela nous permet également d'utiliser nos talents particuliers, nos bizarreries, et cela leur donne une direction. Trouvez ce qui vous fait vous, puis utilisez-le d'une manière qui aidera autant que possible l'humanité: c'est aussi proche que nous arrivons au sens de la vie.

Est-il trop banal de dire simplement que s'aimer les uns les autres est la réponse? En effet, c'est le cas – et trouver de nouvelles histoires qui traversent le sirop pour nous rappeler cette vérité essentielle est ce qui maintient les écrivains autonomes (sans parler des romanciers, des prédicateurs et des scénaristes) en affaires. «Il faut s'aimer ou mourir», écrit le poète W.H. Auden – qui, à la lumière de la règle n ° 5, il a plus tard changé en "nous devons nous aimer les uns les autres et mourir."

8. Perfectionnisme = procrastination

Au fil des ans, j'ai acheté une brassée de livres pour lutter contre la procrastination, attendant ironiquement un jour de pluie pour les lire. J'ai également cherché des livres traitant de mon comportement perfectionniste. Mais ce n'est que lorsque j'ai lu Comment être imperfectionniste ce simple fait est devenu clair: il s'agissait d'un seul et même problème.

Des résultats parfaits sont impossibles dans ce monde, donc si vous les attendez, bien sûr, vous allez tergiverser. Le perfectionnisme n'est pas ludique. Cela ne vous laissera pas embrasser vos défauts, ou l'idée que le changement d'habitude est censé être lent et facile, donc si vous dépassez quelque chose – bonjour, les résolutions du Nouvel An! – et finissent par échouer du tout à changer vos habitudes.

Encore une fois, il y a un principe japonais à l'œuvre ici: wabi-sabi, l'acceptation et l'amour de l'imperfection en toutes choses. Comment le mettez-vous en action? Vous commencez, que vous soyez prêt ou non. Parfois, vous apprenez mieux en faisant, en vous jetant dans les profondeurs. Pour utiliser un aphorisme parfois ennuyeux qui a surgi en anglais dans les années 1970: Fake it 'til you make it.

9. Dormez, faites de l'exercice, mangez, détendez-vous. Répéter.

Être humain, c'est accepter les limites et l'entretien de notre sac de viande. Le poète romain Juvénal l'a mieux dit: Mens sana dans corpore sano, Un esprit sain dans un corps sain. Nous avons besoin de manger (ni trop, ni trop souvent, et ce qu'il faut). Nous avons besoin de dormir (entre 6 et 10 heures, selon notre âge et notre ADN) et de faire attention à notre chronotype, que nous ne pouvons pas changer quel que soit le nombre de fois où nous lisons des livres d'auto-assistance comme Les 5 heures du matin Miracle cette promesse de faire de nous une personne du matin.

Et oui, désolé, nous devons faire de l'exercice quotidiennement. C'est vraiment une solution miracle qui renforce notre résilience tout en réduisant la douleur, l'inflammation, la dépression et le cortisol, l'hormone du stress. Mais la lutte contre le cortisol ne se termine pas avec votre course / marche / jazzercise. Une tonne de livres d'auto-assistance, pas seulement bouddhistes, recommandent la méditation et la pleine conscience, avec de bonnes raisons scientifiques.

Et puis il y a L'importance de vivre, un livre d'auto-assistance américain populaire de 1937 par un immigrant chinois nommé Lin Yutang, qui recommande de simplement se détendre, flâner, suivre le courant. Un chapitre entier est consacré à la meilleure posture en position couchée. «Si vous pouvez passer un après-midi parfaitement inutile d'une manière parfaitement inutile», écrit Yutang, «vous avez appris à vivre».

Ce qui ne veut pas dire que vous ne devriez pas vous efforcer d'en faire plus, de trouver votre but, de visualiser vos objectifs, etc. etc. Mais si vous ne faites pas de place pour les plaisirs simples, idéalement avec votre smartphone dopant le cortisol aussi loin loin que possible, vous ne serez jamais complètement régénéré et restauré et prêt à redonner au monde. C'est aussi vital pour votre sens de l'humour, dit Yutang, qui propose cette formule: «Réalité + rêves + humour = sagesse».

10. Notez tout cela.

Quel que soit le guide d'auto-assistance que vous suivez, vous n'irez pas loin sans écrire. Vous devez affiner un plan. Vous devez visualiser. Vous devez faire des listes. Le classique de David Allen en 2002 Faire les choses offre le meilleur système que j'ai jamais vu pour une liste de choses à faire, et cela peut se résumer à ceci: Capturez littéralement tout ce que vous pensez avoir à faire ou vouloir faire, maintenant ou dans le futur. Ensuite, pour chaque élément, faites-le immédiatement (si cela prend moins de 5 minutes), reportez-le (à une date précise ou une liste "un jour / peut-être") ou déléguez-le (si vous avez la chance d'avoir des personnes à faire trucs pour vous).

Vous pouvez et devez également écrire de manière libre et spontanée, même si vous n'êtes pas écrivain. C'est le conseil de Julia Cameron, auteur du best-seller de 1992 La voie de l'artiste, qui a introduit le concept de «pages du matin». Dans la première heure de votre journée, avant que votre cerveau n'ait une chance de se réveiller complètement et de se censurer, écrivez trois pages à la main. Le sujet: tout ce qui me vient à l'esprit. Invariablement, les deux premières pages sont pleines de conneries du genre "Je ne sais pas pourquoi je fais ça, c'est ennuyeux", avant que la troisième page n'atteigne une révélation surprenante.

Ensuite, il y a le journal de gratitude. Le concept me fait toujours rouler les yeux, mais il est difficile de nier la science: le simple fait d'énumérer des choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants chaque jour a été montré pour recâbler notre cerveau et améliorer notre santé mentale, même après seulement quelques semaines de pratique.

11. Vous ne pouvez pas tout obtenir en lisant.

Si vous lisez un auteur qui prétend que vous pouvez obtenir littéralement tout ce dont vous avez besoin dans son livre ou son article, ce n'est pas de l'auto-assistance. C'est un culte. Heureusement, presque tous les écrivains admettent les limites de la lecture dans un programme d'amélioration de la vie bien équilibré. À un moment donné, vous devez poser le livre et faire le travail. Et vous devez reconnaître vos limites. Vous reculerez toujours. Saint Augustin, au 5ème siècle après J.-C., le savait quand il a écrit sur les deux parties de soi, celle qui aime perversement faire les mauvaises choses et celle qui veut lui botter le cul. Ni l'un ni l'autre ne remportera jamais une victoire complète.

Même les plus autonomes d’entre nous ont besoin d’aide pour avancer aussi loin que possible dans cette voie. C'est la dernière étape de 7 habitudes des personnes très efficaces, où nous passons du stade d'indépendance de l'adolescence rebelle à une compréhension adulte de l'interdépendance. De nombreux auteurs d'auto-assistance suggèrent de nommer un "copain de responsabilité" pour vous garder honnête, pendant que vous faites de même pour eux.

Si vous avez la chance d'avoir quelqu'un qui vous appellera pour littéralement toute votre merde, accrochez-vous à cette personne pour la vie. Mais les amis, les collègues et la famille qui vous aiment vont naturellement se méfier de vous dire tout ce que vous ne pouvez pas voir par peur de la réaction, tout comme vous le seriez avec eux. Donc, une meilleure solution, dites-le avec moi maintenant, est de voir un thérapeute. Vous pouvez tout lire sur la thérapie cognitivo-comportementale dans des livres tels que le best-seller Se sentir bien (1980), par exemple. Mais vous ne pouvez pas le mettre en pratique tant que vous n'avez pas parlé à un professionnel qui peut l'appliquer à votre cas particulier.

Les best-sellers d'auto-assistance recommandent la thérapie par la parole depuis Le chemin le moins parcouru en 1978. Pourtant, la stigmatisation demeure: si vous voyez un thérapeute, cela doit être un aveu de défaite, que vous êtes en quelque sorte mentalement déficient, n'est-ce pas? Faux. Même les thérapeutes ont besoin de thérapeutes. En fin de compte, cela fait aussi partie du sens de la vie: non seulement pour être utile aux autres, mais pour être assez fort pour laisser les autres nous être utiles.

Tu pourrais aussi aimer:




Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *